Bamako, une ville musicale !

Article : Bamako, une ville musicale !
Étiquettes
27 septembre 2012

Bamako, une ville musicale !

Credit photo,rfi musique
Credit photo,rfi musique

Ville de Salif KEITA, d’Amadou et Mariam, d’Habib KOITE, d’Oumou SANGARE, Bamako, en plus d’être l’une des villes les plus accueillantes de l’Afrique de l’Ouest, est aussi un haut lieu musical. C’est ici qu’ont été lancés bien des artistes qui font aujourd’hui la fierté du Mali sur la scène internationale.

Sans être l’une des plus grandes capitales culturelles du monde, Bamako possède une tradition musicale qui remonte à au moins six siècle ; et les concerts gratuits en plein air offert par des musiciens itinérants font ici bien plus partie du quotidien que les matchs de football improvisés.

C’est admis que dans la dernière décennie la ville a connu une profonde transformation. Et la culture urbaine, plus particulièrement la scène musicale n’est pas restée en marge de cette évolution urbaine. L’histoire de la musique malienne qui a débuté dans les années 1990 avec le succès mondial du chanteur Salif KEITA et du chanteur-guitariste Ali Farka TOURE a attiré touristes, producteurs et musiciens en herbe décidés à égaler le succès de ces stars. C’est ainsi que Bamako, capitale politique et économique du Mali, est devenue un lieu de rencontre et incubateur pour les jeunes talents Ouest-africains. C’est désormais l’un des meilleurs endroits de la planète pour écouter de la musique en concert. Dans le sillage des dynamiques urbaines de la ville, bars et boites de nuits se sont multipliés. Ce sont souvent des lieux intimes au toit de chaume, au mur nu, meublés de quelques dizaines de tables et de chaises en bois brut. Les plus grands noms de la musique malienne s’y produisent quant ils sont à Bamako. Plusieurs de ces établissements appartiennent à des musiciens par exemple : le Mofu de Salif KEITA, l’hôtel Wassulu d’Oumou SANGARE. Certains artistes occidentaux –Robert PLANT, Ray COODER, Bonnie RAIT, John Lee HOOKER et Manu CHAO entre autres se sont rendus à Bamako pour jouer et enregistrer avec les Stars locales.

De nos jours, Bamako est un melting pot culturel dans lequel chanteurs et musiciens issus de la myriade d’ethnie malienne –Touaregs du Sahara, Songhaïs de Tombouctou, les Malinké de la région située au Sud de Bamako, les Dogons des falaises de Bandiagara, les Bobos de l’Est et les peuls du centre du pays- se mélangent et s’enrichissent mutuellement.  « Ici il ya un grand nombre de groupes ethniques et chacun à une culture musicale différente (…) Tout le Mali se retrouve à Bamako » Constate Mombé TRAORE (Disc jockey surnommé « DJ vieux » cité dans l’Article de Joshua HAMER (The New York Times)

Aujourd’hui, les touristes qui ne faisaient que passer à Bamako y restent maintenant pour 2 à4 jours pour découvrir notamment la scène musicale. Ainsi l’engouement pour la musique malienne fait grandir le désir de Bamako.

Michel THERA

Partagez

Commentaires

michouthe
Répondre

En depit de la crise, la Bamako musicale se la joue pleinement.

Benjamin
Répondre

Bamako est LA capitale de la musique mandingue selon moi, devant Conakry et Abidjan !
As-tu des bons plans à partager à Bamako ? Des lieux musicaux à visiter en ce moment ?

michouthe
Répondre

Si, il ya le club Radio libre de Ticken Jah Fakoly à Niamankoro, ou se produit tout les dimanches Ben Zabo, le guerier du Bwatoun. Il ya aussi la regeawoman Sista man qui se produit en compagnie d'autres artistes tous les vendredis et samédis, dans son espace à l'hippodrome Pli pli Hakilima; tu vois il ya plein d'endroit comme cela.