Crise malienne : le temps de la compromission !

Photo, Michel

Photo, Michel

On se croirait dans un jeu de pingpong. D’un côté, un gouvernement légal d’un pays souverain qui serait prêt à tout pour le recouvrement total du territoire et pour la réconciliation nationale, de l’autre des groupes armés insurgés qui continuent de réclamer une large autonomie à défaut d’indépendance. Et pour jouer les intermédiaires un groupe de médiation internationale avec à sa tête l’Algérie, toujours aussi impliquée dans les gestions de crises réplétives au Nord du Mali. Malgré tout on aura compris qu’avec la signature de Bamako, les malentendus et les malaises n’ont toujours pas été dissipés.  C’est d’ailleurs ce qu’ont laissé apparaitre certaines réactions à la marche du 26 Mai. Et c’est nécessairement ce que nous devons chercher à dépasser ; même s’il nous faut encore retourner à Alger et mieux y trouver un compromis. Ainsi, comme nous pouvons le comprendre, dans la résolution de la crise malienne, c’est le temps de la compromission. C’est-à-dire il s’agit de transiger avec notre conscience ou nos principes en acceptant certains accommodements avec d’autres personnes pour l’intérêt suprême  de la Nation.

Les malentendus et les malaises inquiètent quant au proche avenir

La marche du 26 Mai dernier, en l’absence de sondage d’opinion sur l’humeur générale des maliens, fut un sérieux indicateur de l’Etat d’esprit de l’opinion nationale. Il subsiste de profondes inquiétudes sur le proche avenir de notre pays. De graves suspicions et des préjugées tenaces crées par les circonstances pèsent sur nos partenaires directs et que seuls dissiperont un patient travail de persuasion  et surtout l’amélioration de la situation au Nord. Car il est clair pour tout observateur avisé de la crise malienne que les maliens, globalement, sont extrêmement et fortement attachés à la préservation de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale. De cette grande manifestation à l’appel de la plateforme des associations de la société civile, nous en avons retenus de nombreuses inquiétudes, parfois contradictoires. Mais les principales inquiétudes se rapportaient très logiquement à l’intensification des attaques au Septentrion. Mais avant et à dire vrai, la décision de la CMA a se limiter au seul paraphe du document de l’accord du 15 Mai, en attendant l’ouverture de nouveaux round de discussions avec le gouvernement malien et la médiation ainsi que l’obstination du MNLA à récupérer Ménaka avaient éloigné dans l’esprit de nombreux maliens la perspective  d’une accalmie significative.  Donc il est clair pour le malien lambda que la récente multiplication des attaques touchant parfois et même le plus souvent les populations civiles apparaissent comme le signe de la mauvaise volonté manifeste de la coordination à aller vers la paix. C’est pourquoi le malien moyen reste jusque-là prudent quant à l’issue de ce processus.

Les suspicions et surtout les préjugées  sont alimentés par le fait que les maliens continuent de croire, malgré toutes les explications données par les autorités, à la partialité de la MINUSMA et de la France qu’ils accusent d’être alliés aux rebelles. Cependant, l’analyse objective exempte de toute chape émotionnelle l’enveloppant fait payer aux soldats de la paix un double tribut selon les interprétations divergentes des limites de leur mandat. Il faut ajouter à tout cela la maladresse communicationnelle  de la MINUSMA et de ses responsables. Une maladresse amplifiée par une communication presqu’autiste et experte dans l’usage des formules qui fâchent. Au demeurant, la mission a toujours clarifiée sa position : Elle n’est  pas au Mali pour livrer bataille aux rebelles et aux terroristes. Son mandat ne la destine pas à cette entreprise dans laquelle ni ses effectifs, ni son équipement ne lui permet de se lancer. Au même moment et à contrario, cette même MINUSMA affirme, et cela depuis ses débuts, avec véhémence et abondance que l’une de ses missions essentielles était la population civile.  Cette population civile qui pense que la mission ne s’investit pas autant qu’elle l’aurait pu.

Eventuellement Alger VI, et pourquoi ?

Depuis plus d’une semaine, de nouvelles discussions sont engagées à Alger. Un nouveau « round » qu’on pourrait qualifier d’Alger VI. Alger VI n’a pas l’approbation des composantes de la plateforme qui l’ont boudé, parce que pour elles, après la signature du 15 Mai il n y a plus rien à discuter. Pas plus qu’elle n’ait l’approbation du gouvernement malien qui pense aussi avoir presque tout accompli le 15 Mai. Mais enfin, pourquoi encore Alger se demande de nombreux maliens. Pour tout observateur avisée ce nouveau « round » ne peut être qu’une ouverture pour la CMA d’obtenir son paraphe alors même qu’elle a boudé la signature à Bamako dont étaient présents pour autant plusieurs chefs d’Etats. Pour la médiation, il ne s’agirait pas d’une réouverture des négociations car l’accord de Bamako est intangible. Mais plutôt de peaufinage final. Et la médiation utilise des termes d’accord consensuel, de tours d’horizon, d’échanges autour de l’accord pour qualifier ces nouvelles discussions d’Alger. Mais par rapport à cette nouvelle donne, les maliens se sentent écartés. Car le gouvernement informe mal, à la place la CMA continue son tapage médiatique tout en réaffirmant qu’elle ne signera l’accord qu’après de fermes engagement sur son application. Cela n’est donc plus qu’un secret de polichinelle, Alger VI est engagé. C’est évident que la paix ne profite qu’aux maliens. Pourquoi diable n’est-il pas possible d’expliquer à ce pays et son patient de peuple  qui ne veut que la paix pourquoi nous repartons à Alger après avoir signé à Bamako ? Pourquoi n’est-il pas possible d’engager des négociations inter-maliennes avec les rebelles ? Et pourquoi bon sang dit-on que les négociations sont finies alors qu’elles continuent ? Surtout le plus important de toute quand la CMA signera t’elle car sans sa signature, il n y a pas d’accord. Le temps presse pourtant, et il est grand temps que la marche vers la paix sorte de l’incertain pour emprunter un chemin droit. Car le retard dans la décantation de la situation ne fait en effet qu’attiser les tensions, empirer la situation sur le terrain, approfondir les malentendus, accentuer les malaises et compliquer les rapprochements. Toutes ces choses ont fait naitre chez l’opinion nationale des animosités parfois illogiques et installé une relecture très passionnelle des évènements. Pour mettre fin à cette spirale négative, il nous faut très vite trouver un compromis avec la CMA.

Pauvre Mali !

l'entrée principale de l'ambassade d'Alger à Bamako

 

Le Centre international des conférences de Bamako s’est paré de ses plus belles parures, les forces de sécurités en alerte maximum, les autorités tout excitées, les invités de marque répondant à l’appel… Il faut dire que le jeu en valait la chandelle, car la capitale malienne accueillait une cérémonie des plus solennelles pour l’avenir de notre pays. Une cérémonie de l’espoir pour la paix et la réconciliation. Mais une cérémonie tout de même symbolique. Et la médiation espérait la présence de tous les belligérants à Bamako. A l’arrivée le principal protagoniste n’est pas venu à Bamako. Mieux, il a décidé d’aller parapher dans un premier temps à Alger sous réserve qu’il ne signera que quand toutes ses aspirations et toutes ses revendications seront prises en compte. Certes, paraphe  il y a eu sous les pressions, mais avec la ferme volonté de réajuster le document de l’accord.

Donc pour ce qui est de cette journée du 15 mai 2015, qualifiée de mémorable par les autorités, c’est malheureusement le Mali qui signe avec le Mali, comme l’a déclaré, pessimiste et déçu, un diplomate de la sous-région. Il (le même diplomate) rajoute : « Il faut être deux pour signer un accord ». La déception et le pessimisme de ce diplomate sont partagés par une majorité de Maliens.  C’est justement pour éviter de traîner le pas que le médiateur en chef avait choisi Bamako et le 15 mai pour la cérémonie officielle de signature de l’accord définitif. Pourquoi ne pas regretter l’absence de la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) quand on sait qu’elle a disposé de suffisamment de temps pour consulter sa base comme elle l’avait demandé. La situation est d’autant plus curieuse que le gouvernement du Mali s’était empressé de parapher sans même consulter le peuple malien. Mais après tout, on ne doit pas se leurrer, cet accord est, depuis sa conception, biaisé par la CMA.  Peut-être que depuis cette époque, elle avait perçu des difficultés pour convaincre sa base quant à la pertinence d’un texte qu’elle a discuté, négocié à sa guise et même accepté le contenu sans grandes réserves. Il est vrai que le document final d’Alger n’évoquait ni autonomie des territoires du Nord, ni fédéralisme des régions et ne dérogeait en rien au principe de la laïcité tel que généralement convenu. Or, ce sont ces points qui constituaient la quintessence même des revendications des mouvements rebelles.

Aujourd’hui, la démarche adoptée par la communauté internationale et la médiation apparaît comme une supercherie tant cette position maintes fois exprimée par la CMA et qu’elle continue encore de soutenir, même la veille du 15 mai 2015, a figé le processus ainsi que les négociations. Qui plus est, cette position est totalement incompréhensible au regard de l’attitude qui a été celle de la CMA, depuis le début du processus. Il faut se rappeler que curieusement, toutes les composantes de la CMA : HCUA (Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad), MAA (Mouvement arabe de l’Azawad), MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) ont, dès l’entame du processus, fait des déclarations en faveur de la paix et pour le dialogue. C’était le cas dans le texte de la déclaration commune, dite d’« Alger » ; dans le texte des accords préliminaires de Ouagadougou ; dans la feuille de route et dans le texte du dernier accord d’Alger de 2015. À toutes ces occasions, les mouvements rebelles ont accepté de discuter, de négocier et d’amender les textes ainsi que leurs supports. Dès lors, il paraît incompréhensible qu’ils tergiversent avant de parapher et même de signer la version finale de ce texte,  se mettant ainsi en dehors du processus et prenant les mêmes risques que tous les « hors-la-loi » et les « hors la République ».  Aujourd’hui plus que tout autre, c’est notre attachement commun au principe de base issue de la feuille de route des négociations dans le cadre d’Alger qui nous lie. Il s’agit du :

  • le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Mali ;
  • le respect de la forme républicaine et la laïcité du Mali.

Nous l’aurons compris que l’absence de la CMA à la signature de Bamako est totalement incompréhensible, comme l’est la tenue même de cette cérémonie sans elle. La CMA affirme et réaffirme qu’elle ne signera pas sans la prise en compte d’amendements indispensables. Des amendements qui, sans doute, font sournoisement allusion à la sempiternelle demande d’autonomie/indépendance. Quelle couleuvre ! De nous faire croire que la signature du 15 à Bamako est importante et décisive pour la paix et la réconciliation au Mali. Comme si l’enjeu était de sauver la tête d’IBK, ou encore de sauver la face de la diplomatie algérienne que de sauver la paix au Mali. Quelle couleuvre ! Parce que la CMA réussit, elle, à mettre en avant ses réserves, alors que le gouvernement malien lui, passant outre ses réserves, signe avec ses alliés à Bamako. Mais que faire ? Les résolutions internationales nous ont engagés sur cette voie. Et c’est certainement le seul moyen pour qu’on puisse se relever, même si nous risquons notre sacro-sainte intégrité nationale demain. Nous minimisons peut-être l’ampleur de notre tragédie pour nous renfermer dans l’autovalidation et pas dans l’obligation de satisfaire les Maliens et tous les Maliens. Pour ces raisons, il est possible que nous n’ayons pas fini avec nos difficultés. Pauvre Mali ! Il nous faut dès maintenant rompre avec les illusions pour faire face à la réalité.

 

Paraphe de l’accord d’Alger : un acte de raison et d’engagement pour la paix au Mali

Image, créative Commons

Image, créative Commons

Il est prévu par la médiation de faire signer l’accord d’Alger le 15 mai prochain à Bamako. Il s’agit pour elle de clore définitivement avec la très mauvaise séquence qui a failli ébranler ce fameux accord. Mais bon,comme le dit ce proverbe « Bamanan » : « Mieux vaut avoir quelque chose dans la bouche que d’avoir la bouche complètement vide », pour dire que nous contenterons bien de cet accord malgré ces imperfections. Car il s’agirait bien d’un acte de raison et d’engagement pour la paix et la réconciliation au Mali.

Un acte de raison 

Depuis 2012, le Mali est plongé dans une crise profonde dont il peine à sortir. Il y a eu le réveil de cette rébellion touarègue au tout début de l’année 2012 qui a ouvert les portes d’une succession événements tragiques, d’épisodes dramatiques et de tensions de toute nature qui n’ont fait que troubler le quotidien des Maliens. Nous sommes résolument convaincus qu’il est inutile de revenir à chaque fois sur la longue liste de nos malheurs de ces trois dernières années, mais nous devons prendre le temps d’analyser. Analyser les causes de la crise actuelle en vue d’apporter nécessairement des solutions durables. Car, malgré notre résilience reconnue, l’horizon tarde à se dégager. C’est pourquoi, en dépit de nos nombreuses réserves vis-à-vis de cet accord, nous l’avons unanimement accepté.  Nous l’avons accepté pour avancer ensemble dans le souci commun de réduire les périls, de réhabiliter le vivre ensemble, de redresser l’économie nationale, bref d’emprunter enfin le chemin du développement. Loin donc de la résignation, les Maliens ont opté pour l’accalmie inspirée d’un immense désir de tranquillité, d’une intense demande de sécurité et d’une forte envie de retrouver le vivre ensemble. Au détour de la lassitude à perdurer dans l’incertitude, les Maliens veulent voir le début d’un redressement de leur situation. Donc, la signature du 15 mai répond à une nécessité de la raison. La raison pour éviter une déstabilisation pérenne et accentuée de toute la partie nord du Mali. Mais au-delà, il faut aussi signer pour s’engager. S’engager résolument à lutter contre le terrorisme renaissant.

Un acte d’engagement

Il nous faut avoir la juste réponse à la renaissance du terrorisme au nord du Mali. Plus que jamais la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) doit mettre fin à ses foucades pour parapher l’accord d’Alger. Car il nous parvient des échos de terreur du Nord. On sait que Serval et plus tard la Minusma n’ont par réussi à mettre totalement en débandade le Mujao et ses autres alliés. Et ces dernières semaines, ils ont multiplié les attentats. Du nord au sud en passant par le centre, ils sont parvenus à répandre la psychose. Pour entretenir les espoirs que porte le futur accord de Bamako,  il convient pour la CMA de rejoindre les autres compatriotes afin de lutter contre le terrorisme renaissant. Il y va de sa crédibilité.

La nouvelle donne au Nord fait remarquer le retour en puissance du Mujao qui s’appuie désormais sur des sympathies locales en réveillant ces cellules locales. Plus que par le passé ces dernières sont de nouveau opérationnelles avec un mode d’actions bien adaptées à la situation. Des motos remplacent les pick-up ; les attaques de convois de ravitaillement et les attentats-suicide sont en train de remplacer les affrontements directs avec l’armée malienne. La situation bascule en cauchemar aussi bien au Nord qu’à Bamako et dans le centre. Pour toutes ces raisons notamment, mettre un terme à ces agissements inutiles s’impose, car c’est ensemble qu’il faut apporter la juste solution au danger renaissant.

Il est souhaitable que les ultimes efforts de la médiation d’ici le 15 soient payants. Quelle que soit la fragilité d’une solution négociée, elle aura le mérite d’éviter une déstabilisation accentuée d’une partie, ou même l’ensemble, de notre pays et l’imminence d’un nouveau cycle d’incertitude. Pour réussir, les médiateurs espèrent compter sur toutes les bonnes volontés du nord du Mal et de toute la nation malienne.

Malgré tout, nous n’allons pas nous voiler la face, il est possible que le 15 mai n’ait pas lieu. Un tout autre scénario paraît plausible tant le caractère irrédentiste de certains extrémistes touaregs pourra faire voler en éclats l’espoir de toute une nation. Mais pour l’avenir du Mali, la CMA doit nécessairement être raisonnable et réaliste pour parapher en vue d’engager aux côtés du gouvernement une lutte résolue contre le terrorisme renaissant qui pourrait briser tous nos espoirs.